La passion des montres et du temps qui passe

28 juillet 2007

Tritium et Superluminova, une réaction lumineuse

Filed under: Environnement,Montre,Pratique — labonneheure @ 22:30

Reactor, une entreprise californienne met du tritium dans votre vie. Rien de bien nouveau à utiliser le tritium, cet isotope (légèrement) radioactif a la capacité de rester phosphorescent pendant plusieurs années (7 à 10 ans), il est utilisé pour des applications très spécifiques (montres militaires par exemple). Cette firme américaine a eu l’idée d’associer le tritium au Superluminova pour combiner l’intéret des 2 matériaux dans une technologie appelée « Never Dark », afin d’offrir une lisibilité sans faille dans toutes les conditions de luminosité.

Dans leur modèle appelé Trident, des capsules de tritium ont été posées sur le cadran aux 4 points cardinaux ainsi que sur les aiguilles (même la troteuse), quant au Superluminova, il a été utilisé pour les chiffres du cadran ainsi que pour la lunette qui arbore un point lumineux à 12 heures.

Le Superluminova permet d’avoir un cadran lisible très rapidement lorsque la luminosité tombe subitement et le tritium saura vous indiquer la position des aiguilles même au bout de la nuit.

REACTOR Never Dark - Trident

Reactor fait également d’autres modèles: le site REACTOR.

Nous sommes bien loin de l’utilisation d’éléments radioactifs militaires ici, le tritium utilisé a une radioactivité infime qui est contenue par les capsules et l’ensemble se trouve dans le boitier de la montre qui est étanche, il n’y a pas de risque pour la personne qui porte une telle montre, nous sommes bien loin des montres de plongeurs de combat qui avaient un cadran en tritium peint. Qu’en est-il des personnes qui fabriquent les capsules au tritium … bonne question.

20 mai 2007

Horlogerie et écologie.

Filed under: Environnement — labonneheure @ 21:52

Salut à tous,

C’est un thème à la mode l’écologie, à la mode et aussi nécessaire, je le crois. Fervent amateur de montres mécaniques, je pense que ce genre de tocante est écologique: pas de pile, assez cher pour ne pas être tenté de la jeter à la poubelle quand l’envie d’une nouvelle montre se fait sentir, réparable aussi, la montre mécanique est dans la mouvance du développement durable car elle est vraiment pensée pour durer.

PS: j’entends développement durable (dixit Wikipedia) mais pas commerce équitable, celui qui achete une montre en or n’a aucune idée de la provenance du métal précieux et des conditions de travail des ouvriers qui l’ont extrait.

Dans un registre différent il y a la solution du solaire, Seiko (marque que j’affectionne tout particulièrement car c’est elle qui m’a fait découvrir cette passion) mais aussi Casio ou Junghans et d’autres surement, ont dans leur catalogue des montres fonctionnant au solaire. L’argument de vente est « plus de pile à changer et vous avez la précision du quartz », mouais, ok pour la précision, mais pour la pile (dans ce cas on parlera d’accumulateur) il en faut bien une pour stocker l’énergie nécessaire au fonctionnement de la montre d’où une durée de vie implicitement limitée. De plus, produire une montre a quartz implique surement l’emploi de beaucoup de produits chimiques pour construire la simple électronique qu’elle comporte.

Avec tout ceci c’est avec joie que je vous donne ce petit lien, histoire de venir tout contredire en partie 😉
Nouvelle génération de Seiko solaires .

Vous le voyez, c’est pour cela que je plaide en faveur de la montre mécanique, celle qui n’est parfois pas à l’heure, celle qui donne la mesure du temps de 2 façons, par les aiguilles et par son age, bref celle qui donne la sensation « du temps qui passe » ;).

Pour aller plus loin sur ce chapitre de l’écologie qui vient empiéter sur le domaine de l’horlogerie allez donc voir comment les horlogers s’achètent une morale écologique et de nouveaux marchés: Swatch, le fabricant suisse de montres : une voiture hybride ! c’est surement bien pensé tout ça, marketing-marketing !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.